Rarissime : Lettre d’une mère Ă  l’enfant qu’elle vient de donner Ă  l’adoption

– 1990, archives Ashley M.Jacobs –

Une des Photos qui accompagnait la lettre
Il est extrĂŞmement rare qu’une « mère de l’oublie » laisse une lettre d’adieu Ă  son  bĂ©bĂ©. Le document que nous publions ici avec l’aimable autorisation d’Ashley Jacobs et d’Ilona  sa maman biologique Ă  une valeur historique qui dĂ©passe la vie intime de ces 2 femmes que nous tenons Ă  remercier.
L’abandon d’un enfant est un acte souvent difficile Ă  comprendre tant il nous est impossible de nous reprĂ©senter rĂ©ellement ce qu’a Ă©tĂ© la vie de leurs auteurs et les circonstances qui les ont conduits Ă  cet acte. Ces femmes seraient-elles, comme le veut la pensĂ©e collective, des gĂ©nitrices dĂ©pourvues de tout sens maternel et de sensibilitĂ© humaine? Mais peut-on vraiment penser ça ? Ne sont-elles pas des personnes confrontĂ©es Ă  des choix de vie complexe ?

 

Sa fille Karina sur la gauche, et Ashley sur la droite,
au même âge, 7 mois.


Ashley Jacobs est nĂ©e le 19 juin 1990 Ă  Craiova en Roumanie. Elle s’appelait alors Irina.
Elle avait 6 mois quand ses parents l’ont donnĂ©e Ă  l’adoption Ă  un couple de Toronto au Canada.
Malgré une enfance très heureuse auprès de ses parents adoptifs, elle a toujours éprouvé le besoin de connaitre ceux qui lui ont donné la vie.
A l’âge de 12 ans elle a commencĂ© toute seule Ă  faire des recherches sur internet.
Ce n’est que 10 ans plus tard, en 2012,  que ses parents adoptifs lui ont remis une lettre qui leur avait Ă©tĂ© adressĂ©e au Canada 22 ans plus tĂ´t avec le dossier d’adoption.
Il Ă©tait prĂ©cisĂ© « qu’ils veuillent bien remettre ce courrier Ă  leur fille quand elle aurait grandi ».
L’enveloppe contenait quelques photos et une lettre manuscrite datĂ©e du 26 Novembre 1990 soit 3 jours après que la maman adoptive d’Ashley se soient rendue au domicile de ses parents Roumains d’oĂą elle Ă©tait repartie en l’emmenant dĂ©finitivement dans le pays qui allait devenir le sien, le Canada.
***

Traduction Française de la lettre

***
« Notre Chère Fille, Irina,

 

Pour commencer nous voudrions d’abord te dire que cette lettre est Ă©crite par ta mère et ton père, les parents qui t’ont donnĂ© la vie et qui ont souhaitĂ© le meilleur pour toi.
 
Irina, toi, ainsi que nous tes parents, tes grands-parents et frère et sœur, nous sommes tous roumains. 

Tu te demanderas peut-ĂŞtre « Si je suis roumaine comment se fait-il que je vive au Canada ? » Et bien très chère enfant, cette lettre va t’expliquer pourquoi tu te retrouves au Canada et, si après ça tu veux, un jour, venir en Roumanie, tu peux obtenir l’adresse auprès de tes parents qui t’on Ă©levĂ©e depuis l’âge de 6 mois. Sois sĂ»re que nous te recevrons les bras ouverts. 
 
 
Irina, quand tu apprendras ces choses tu voudras peut-être demander à ta mère si elle a une photo de tes parents et grands-parents. Tu verras alors ces photos prises le 23 Novembre 1990.
 

 
S’il te plait, ne nous en veux pas de ne pas t’avoir gardĂ©e ici avec nous. Après ta naissance Ă  la maison, tu es restĂ©e seulement 3 semaines avec nous, avant d’ĂŞtre admise Ă  l’hĂ´pital puis, de lĂ  dans un Ă©tablissement spĂ©cialisĂ© pour enfants dystrophiques oĂą tu Ă©tais supposĂ©e rester jusqu’Ă  l’âge de 1 an, car tu Ă©tais atteinte d’une sĂ©vère dystrophie.

 

Mais Dieu aide toujours ceux qui sont en dĂ©tresse et il nous a amenĂ© la mère qui t’a Ă©levĂ©e. 

 

Elle est venue Ă  notre maison, elle a vu comment on vivait : tous dans une seule pièce tes 2 frère et soeur, Dragos et Denisa. Elle m’a demandĂ© si je serais d’accord pour qu’elle t’adopte et t’emmène vivre avec elle au Canada. Car elle n’avait pas d’enfant et dĂ©sirait beaucoup avoir le sourire d’un enfant dans sa maison. 


Après en avoir discutĂ© avec ton père, StĂ©fan et tes grands-parents Victoria et Paul, j’ai acceptĂ©. 


On Ă©tait tous d’accord parce que nous souhaitions tous le meilleur pour toi et nous Ă©tions sĂ»rs que tu aurais lĂ -bas les meilleures conditions de vie et que tu serais bien mieux lotis qu’ici avec nous. 

 

Ma chĂ©rie, s’il te plait, sois certaine que nous Ă©tions dĂ©solĂ©s de te laisser ainsi partir mais en Roumanie nous n’avions pas les moyens de te soigner. Il n’y avait aucun mĂ©dicaments et nous Ă©tions très pauvres. 

 

Irina, s’il te plait, demande Ă  Michelle de te dire comment Ă©taient nos conditions de vie quand elle est venue chez nous avec sa belle-sĹ“ur, Patricia, et aussi comment elles ont Ă©tĂ© reçues Ă  la maison de tes grands-parents qui sont des gens merveilleux. 

 

Du plus profond de notre cĹ“ur, nous aimerions, si un jour tu en as la possibilitĂ© que tu viennes en Roumanie pour rencontrer ton frère, ta soeur, ta mère, ton père ainsi que tes grands-parents.   S’il te plait, comprends notre dĂ©cision comme Ă©tant le seul espoir pour toi d’avoir le meilleur et nous espĂ©rons que tu vas bien. 
 
Ensemble, tes grand-parents et nous, on voulait que tu deviennes un grande dame et quand tu viendras nous rendre visite, il faudra certainement nous dire qui tu es car il nous sera probablement impossible de te reconnaître.   

 

Moi ta mère Ilona, ton père Stefan Moldovan, ton frère, ta soeur, tes grands-parents et mon frère Cosmin, nous te souhaitons tous, du plus profond de notre cĹ“ur de devenir une grande dame et d’ĂŞtre heureuse.  


Nous t’aimons et nous ne t’oublierons jamais.
Dans l’attente de te revoir ici en Roumanie,
Avec tout notre amour,
Ilona et Stefan Moldovan

 

 

« Que Dieu te bĂ©nisse et te protège, Amen. »Â 


Ecrit aujourd’hui, le 26 Novembre 1990 Ă  9:00 heures du soir.  « 


***

 

SitĂ´t adoptĂ©e, Irina qui Ă©tait devenue Ashley avait pu bĂ©nĂ©ficier au Canada d’un traitement mĂ©dical qui lui a permis de guĂ©rir de la maladie qu’en Roumanie ses parents biologiques n’avaient pas la possibilitĂ© de soigner.
Après avoir pris connaissance de cette lettre elle avait tentĂ© de leur Ă©crire Ă  l’adresse que ses parents adoptifs avaient conservĂ© mais elle n’avait pas eu de rĂ©ponses et avait repris ses recherches sur internet.
C’est  sur la page facebook du  groupe « The never Forgotten Romanian »  qui est l’Ă©quivalent anglophone de notre groupe « les enfants adoptĂ©s de Roumanie  » qu’elle a trouvĂ© de l’aide en la personne d’Ileana Cuniffe qui a fait passer des annonces sur les ondes de radios roumaines ainsi que sur un journal local qui, le 27 Avril 2015,  a publiĂ© le message suivant qu’Ashley voulait adresser Ă  ses parents :

 

« Maman, papa, ma chère famille. Si vous ne pouvez pas rentrer en contact avec moi, je comprends cela. Je voudrais vous remercier. Merci de m’avoir donnĂ© la vie que je ne pouvais pas avoir en Roumanie. Je vous remercie de m’avoir permis ainsi d’ĂŞtre une enfant en bonne santĂ© et heureuse. J’ai grandi dans un foyer heureux, une famille aimante et je ne pouvais pas avoir une vie plus belle que ça. Donc votre souhait est devenu rĂ©alitĂ© . J’espère que vous serez en mesure de lire ce message. Si vous ĂŞtes d’accord, il me tarde beaucoup de vous rencontrer.

Avec Amour, Ashley M. Jacobs. »Â 



Le lendemain ses parents ont trouvĂ© ce message sur le journal et ont aussitĂ´t pris contact avec elle. C’Ă©tait il y a Ă  peine 1 mois, Ashley a accompli son rĂŞve et celui d’Ilona.

 

Ashley et son Ă©poux.

Aujourd’hui, c’est est le jour de la fĂŞte des mères, et Ashley veut partager avec vous tous quelques mots:

 

A.J.

« J’ai cherchĂ© ma mère pendant 12 ans (la moitiĂ© de ma vie) et je l’ai enfin trouvĂ©e. Je crois que l’amour d’une mère conquiert tout et vous donne le pouvoir de rester fort, mĂŞme quand vous ĂŞtes Ă  votre au plus faible. L’amour de ma mère adoptive (Michelle) et celui de ma mère biologique m’ont permis d’avancer lorsque tout espoir Ă©tait perdu. Le principal message que je veux faire passer aujourd’hui est que l’amour d’une mère n’a pas de frontières. Aucun point d’arrĂŞt et je crois que nous l’avons très bien prouvĂ©. Il ne faut pas oublier que tout ce que votre mère a fait pour vous, prendre le temps d’apprĂ©cier les luttes qu’elle a vĂ©cu et les sacrifices qu’elle a faits pour vous garder heureux et en bonne santĂ©.


Bonne fĂŞte des mères, mamans. »






Nadine Delpech/laura Giraud
publié initialement le dimanche 31 mai 2015 
avec tous nos remerciements à Ashley .Jacobs, Ilona Moldovan et  Ileana Cuniffe

 

Traduction anglaise de la lettre
Source :
. . . N ' hésitez pas à partager ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest

  • Bonjour,

    Ce tĂ©moignage très riche d’Ă©motions m’a totalement Ă©mue, car je suis Ă  l’heure d’aujourd’hui dans le mĂŞme conteste, je suis Ă  la recherche de mes parents biologique. J’aimerais pouvoir comme Ashley Jocabs faire une demande radio, afin de rĂ©aliser mon rĂŞve, si attendue depuis des annĂ©es. Si vous pouviez m’aider Ă  rĂ©aliser ce rĂŞve si chère, serais mon plus beau cadeau de NoĂŞl.

    Cordialement

  • Chers tous,
    Chère Ashley, Chère famille Moldovan, Chère AFA,

    Comment ne pas vous remercier pour ce et ces tĂ©moignages si importants pour les postulants Ă  l’adoption que nous sommes. LibĂ©rer la parole est si important, pour les adoptĂ©s, les adoptants et les parents ayant pris la difficile dĂ©cision d’abandonner leur enfant. Cruel dilemme, cruel constat : abandonner « pour rendre heureux ». Mais nous voulons croire qu’au bout des Ă©preuves de chacun(e) il y a parfois cette « force » d’avoir plusieurs parents ayant le mĂŞme rĂŞve : le bonheur de l’enfant, un chemin empli d’amour, de tendresse, de sĂ©curitĂ©.
    Merci sincèrement.

    Cordialement,
    Katia et FrĂ©dĂ©ric futurs parents….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *