« Durant mon enfance, j’ai toujours souhaitĂ© obtenir au moins une photo de mes parents ».

Partage de mon expérience de retrouvaille avec ma famille biologique

Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, je m’appelle Adrian, j’ai 24 ans et je rĂ©side Ă  Toulouse depuis 3 ans. Je partage ma vie depuis 2 ans avec ma copine Juliette. Je suis arrivĂ© en France en 1999, Ă  l’ñge de 3 ans et 8 mois. Mes parents adoptifs (Thierry et Anne-Marie) de profession agriculteurs m’ont accueilli en Aveyron, proche de Villefranche de Rouergue. J’ai eu le bonheur de grandir entourĂ© d’animaux de la ferme dans une belle campagne Aveyronnaise. Il Ă©tait agrĂ©able de grandir auprĂšs de mes parents qui travaillent sur le mĂȘme lieu de vie.

Je suis passionnĂ© par l’électricitĂ©, j’ai effectuĂ© mes Ă©tudes et j’ai dĂ©butĂ© ma vie professionnelle en tant que technicien sur le rĂ©seau Ă©lectrique. Cela fait 3 ans que je travaille. L’électricitĂ© est une Ă©nergie vitale de nos jours, qui me fascine au quotidien, mĂ©langeant les nouvelles technologies. Je suis nĂ©e le 24 aoĂ»t 1995, dans la ville de HuƟi, au nord-est de la Roumanie, proche de la frontiĂšre Moldave. J’ai Ă©tĂ© placĂ© en orphelinat Ă  la ville de Bacau peu de temps aprĂšs ma venue au monde. En effet, dĂšs ma naissance un bec de liĂšvre a dĂ» ĂȘtre opĂ©rĂ© (dĂ©formation nasale et de la lĂšvre supĂ©rieure). J’ai subi de nombreuses opĂ©rations durant mon enfance, qui amĂšnent Ă  un trĂšs bon rĂ©sultat aujourd’hui. Ces opĂ©rations ont forgĂ© mon mental et m’ont donnĂ© du courage pour les Ă©vĂšnements Ă  accomplir   de la vie quotidienne.

J’ai grandi avec la conviction que mes parents n’ont pas eu les moyens de s’occuper de moi concernant les opĂ©rations. Ma cicatrice me gĂȘnait plus que l’idĂ©e d’ĂȘtre adoptĂ©. L’adolescence n’est pas un Ăąge facile, avec les questions de curiositĂ© sur le physique des autres. Puis j’ai appris Ă  Ă©liminer mon complexe en citant que je suis seulement tombĂ© Ă  vĂ©lo. Aujourd’hui, j’affirme ma cicatrice et la barbe camoufle Ă©galement ceci. Pour rĂ©sumer, conjuguer complexe physique et destin atypique m’ont rendu plus fort.

 L’Adoption a Ă©tĂ© rĂ©ussie grĂące Ă  l’oeuvre d’adoption « Rayon de soleil et de l’enfant Ă©tranger ». Cet organisme a Ă©tĂ© d’une aide prĂ©cieuse pour mes parents durant le processus d’adoption. Cependant l’attente a Ă©tĂ© longue de 4 ans pour m’avoir. Ils ont difficilement vĂ©cu la situation. Thierry et Anne-Marie font parties de l’association EFA ( Enfance et Famille d’Adoption). GrĂące Ă  l’association, ils ont rencontrĂ©s d’autres parents et ont partagĂ©s leurs sentiments, leurs expĂ©riences dans les dĂ©marches d’adoption ainsi que leurs soutient. ArrivĂ© en France, j’ai montrĂ© Ă  mes parents une certaine rĂ©bellion. Je me suis facilement intĂ©grĂ© Ă  l’école et l’apprentissage du français a Ă©tĂ© facile grĂące Ă  l’orthophoniste.J’ai toujours bien vĂ©cu mon adoption, ceci me plaisait de raconter mon origine roumaine. La rĂ©fĂ©rence avec l’ancien groupe de musique O-zone Ă©tait trĂšs comique. Mes parents adoptifs m’ont dĂšs le dĂ©but racontĂ© mes origines, annonce que j’ai acceptĂ© et compris, malgrĂ© mes nombreuses questions Ă  leurs demander.

Concernent mon dossier d’adoption, toutes les informations Ă©taient Ă©crites, j’ai toujours connu les noms de mes parents roumains ainsi que leur lieu de vie. Durant mon enfance, j’ai toujours souhaitĂ© obtenir au moins une photo de mes parents.

En 2018, j’ai dĂ©cidĂ© de voyager en effectuant un road trip de 15 jours du cĂŽtĂ© est de la Roumanie. Projet soutenue par ma famille ainsi que mes amis proches. Je prĂ©parais depuis 1 ans Ă  l’avance mon projet avec mon petit frĂšre. Marian, a 20 ans, mon frĂšre est lui-mĂȘme adoptĂ©, originaire de la ville de Targoviste. Nous sommes frĂšre de cƓur par adoption (non issue de la mĂȘme famille biologique), nos parents ont eu la chance d’adopter 2 enfants roumains. J’entretien une relation trĂšs soudĂ©e avec Marian. Notre but principal, Ă©tait de voyager, dĂ©couvrir notre culture roumaine. Puis nous voulions dĂ©couvrir nos villes d’origine. Mon Ă©tat d’esprit se tenait Ă  deux options. Soit je trouvais des informations sur place et j’allais plus loin dans ma dĂ©marche. Soit le cas inverse, je ne poursuivais pas mes recherches, en gardant la fiertĂ© d’avoir Ă©tĂ© sur mes lieux d’origine.

Je n’ai pas souhaitĂ© d’aide pour la recherche des origines, j’ai attendu le temps qu’il me fallait pour ĂȘtre prĂȘt, et me lancer sur ce projet.

@adrian Ville de Sulina au bord du Delta du danub

@adrian Ville de Sulina au bord du Delta du danube

Mon point de vue sur la Roumanie est que ce pays vaut le coup de visiter les paysages et les monuments historiques. Les campagnes semblent ĂȘtre figĂ©es dans le temps, le delta du Danube est une belle rĂ©serve naturelle auquel l’on se laisse naviguer jusqu’à la mer noire.

Bucarest quant Ă  elle, capitale du pays semble encore se rĂ©nover suite Ă  la suite de la chute de la dictature. Le dĂ©part de notre road trip se faisait Ă  Bucarest, puis le voyage continuait vers Targoviste-Bran-Piatra Neampt-Iasi-Husi-Tulcea-Sulina-Constanta pour revenir Ă  Bucarest. Les rencontres amicales ont Ă©tĂ© chaleureuses, les anciens parlent seulement le roumain, les plus jeunes parlent l’anglais. Cela Ă©tait plus simple de dialoguer en anglais.

Mon destin a fait que j’ai retrouvĂ© ma famille gĂ©nĂ©tique un beau 4 aoĂ»t 2018 Une seule personne bouleverse votre existence, une seule seconde et vous dĂ©couvrez vos origines
. Ce sentiment nouveau, cette joie, des questionnements qui trouvent leurs rĂ©ponses, des visages sur des personnes. Cette peur du nouveau, un nouveau monde inconnu Ă©tait possible Ă  dĂ©couvrir ! Cette sensation vaut la peine d’ĂȘtre vĂ©cu ! Je l’ai partagĂ© avec mon frĂšre, riche moment d’émotion, moment inoubliables. J’ai notamment eu besoin de partager Ă  mes proches les informations au cour de mon voyage. Pour dĂ©tailler, le matin de ce 4 aoĂ»t, nous nous sommes allĂ©s dans ma ville natale HuƟi, j’ai tentĂ© d’aller Ă  la Mairie, manque de chance c’était un dimanche donc elle Ă©tait fermĂ©e. Face Ă  la mairie se trouvait l’hĂŽpital et nous nous sommes prĂ©sentĂ©s Ă  l’entrĂ©e extĂ©rieure. Nous avons Ă©tĂ© reçus par deux gardiens de sĂ©curitĂ©, ils parlaient seulement le roumain (dialogue difficile malgrĂ© mon aide de Google traduction). Pour ĂȘtre crĂ©dible dans mes recherches des origines, je portais sur moi une photocopie d’un passeport sur lequel Ă©tait mentionnĂ© les noms de mes parents ainsi que mon prĂ©nom roumain. Le bel hasard a fait, un de ces deux gardiens m’annonce connaĂźtre mon pĂšre, et avoir son numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone !! puis tout est parti de ce moment prĂ©cieux. Avec mon accord, ce gardien contacte mon pĂšre, et je pars le rejoindre Ă  l’entrĂ©e du prochain village.  J’ai rencontrĂ© plusieurs membres de la famille, dans un premier temps : ma grand-mĂšre paternelle, mon pĂšre, deux tantes et deux oncles qui vivent en Italie. Ce premier Ă©vĂšnement s’est dĂ©roulĂ© Ă  Stanilesti, proche de HuƟi. Nous avons passĂ©s plusieurs heures Ă  Ă©changer autour d’un repas. La discussion Ă©tait difficile entre le Français, anglais, roumain et italien ! le rĂ©seau internet passait mal en campagne donc la traduction Ă©tait lente.  J’ai eu le bonheur d’apprendre, l’existence d’une grande sƓur qui 2 ans de plus de moi. Mon pĂšre m’annonce que ma mĂšre est partie vivre ailleurs, suite Ă  des histoires complexes entre eux deux.

@adrian 1ere Retrouvaille Ă  Stanilesti, mon pĂšre se situe entre Marian et moi.

@adrian 1ere Retrouvaille Ă  Stanilesti, mon pĂšre se situe entre Marian et moi.

GrĂące au rĂ©seau social, je n’ai pas hĂ©sitĂ© Ă  contacter ma sƓur. Bonne nouvelle, elle parle l’anglais, la comprĂ©hension Ă©tait nettement meilleure ! Une fois les prĂ©sentations faites par message, second hasard faisait que ma sƓur se trouvait sur la route de notre road trip. Elle travaillait Ă  la station balnĂ©aire de Costinesti, et j’avais prĂ©vus de visiter Constanta. Ma mĂšre a Ă©tĂ© prĂ©venue par ma sƓur de mon existence et elle nous a aussitĂŽt rejoins. Cette seconde belle rencontre familiale s’est dĂ©roulĂ©e le 6 aoĂ»t. Les Ă©vĂšnements se sont succĂ©dĂ©s rapidement. J’avais l’impression d’avoir toujours connus ma sƓur, une belle complicitĂ© s’est crĂ©Ă© rapidement. C’était diffĂ©rent avec ma mĂšre, la barriĂšre de la langue nous gĂȘnait pour discuter, ma sƓur faisait les traductions anglais/roumain. De nombreuses questions ont trouvĂ©s leurs rĂ©ponses grĂące Ă  ma sƓur, j’y voyais plus clair Ă  prĂ©sent.

De retour de ce beau voyage, j’ai gardĂ© contact avec tous les membres de la famille via les rĂ©seaux sociaux. 1 an aprĂšs, nous avons organisĂ©s en aoĂ»t 2019 une seconde retrouvaille. Cette fois ci, en France. Ma mĂšre, ma sƓur et son copain sont venus passer deux semaines de vacances pour dĂ©couvrir la rĂ©gion Occitanie.Aujourd’hui, j’ai souhaitĂ© prendre un peu mes distances pour des raisons personnelles et des complications familiales roumaines. Je n’ai pas encore projetĂ© un 3eme retrouvaille.Depuis mon projet rĂ©ussi, j’ai gagnĂ© en confiance en moi, dĂ©velopper mon esprit aventurier. J’ai Ă©liminĂ© un poids de mon esprit et je peux continuer Ă  aller de l’avant. Pour rĂ©sumer, ma boucle est bouclĂ©e !

@adrian A Toulouse accompagné de ma soeur et ma mÚre.

J’ai dĂ©couvert l’association AFOR via internet en 2017. J’échange beaucoup avec Marion, c’est une chance de pouvoir se rencontrer facilement sur Toulouse. AprĂšs avoir lu un rĂ©cent tĂ©moignage sur le site AFOR, la motivation est venue Ă  mon tour de vous raconter mon aventure. Mon futur projet sera celui d’effectuer un tĂ©moignage du point de vue de ma mĂšre et sƓur biologique, elles sont d’accord pour rencontrer des personnes membres de l’association et pouvoir s’exprimer. Je remercie entiĂšrement mes parents adoptifs pour leurs soutiens dans ce projet. Remerciement Ă©galement Ă  mes amis qui sont Ă  l’écoute depuis de nombreuses annĂ©es.

 

Mon conseil, nous avons une seule vie pour ĂȘtre curieux, ne pas hĂ©siter Ă  se lancer dans l’aventure, bien se prĂ©parer avant tout et laisser faire la magie du destin ! Partagez Ă  votre tour votre aventure !

« Sourire à la vie, un art de vivre » « Hakunamata »

 

 

TĂ©moignage de mes parents adoptifs

 L’adoption s’est faite grĂące au Rayon De l’Enfant Etranger. Pour accueillir Adrian, nous avons attendu 4 difficile annĂ©es. Lors de l’arrivĂ©e de notre garçon il y a eu un trĂšs bon accueil de son nouvel entourage familial.  Durant les premiers temps de son arrivĂ©e, nous avons ressentis des difficultĂ©s avec notre enfant. Mais elles n’avaient pas de lien avec son passĂ© en Roumanie. Il fallait qu’il s’adapte Ă  nous et que nous, s’adaptons Ă  lui.

Durant ce dĂ©but de pĂ©riode, nous avons gardĂ© le soutien auprĂšs de notre association. Au cours des diffĂ©rentes Ă©tapes de sa vie, tout s’est bien passĂ© dans son adaptation scolaire et sociable. Il dĂ©bordait d’énergie Ă  revendre et de bonne humeur. Nous entretenons un lien trĂšs fort avec notre fils. Nous lui avons appris son adoption dĂšs le premier jour et nous l’avons accompagnĂ© tout le long. Dans son dossier d’adoption il y avaient des informations concernant sa famille biologique (noms, prĂ©noms des parents, leur lieu de vie).

Adrian a toujours été curieux sur son histoire, son pays, chose entiÚrement naturelle. Il a effectivement communiqué avec nous son désir de voyage et de recherche des origines.

Sachant que Adrian Ă©tait prĂȘt, nous l’avons encouragĂ© et accompagnĂ© dans sa recherche des origines et dans sa prĂ©paration de son voyage en Roumanie. Nous n’avons pas ressenti le besoin d’échanger avec un professionnel sur le sujet. Tout le monde Ă©tait prĂȘt. Nous sommes fiers, son projet a abouti et correspond Ă  ses attentes. Ce sont de belles retrouvailles qu’il nous a communiquĂ© et nous sommes trĂšs heureux. Aujourd’hui, les liens avec mon fils n’ont absolument pas changĂ©. Pour ce retour d’expĂ©rience, ce que je peux dire, c’est qu’il faut ĂȘtre le plus clair possible et le plus attentif aux dĂ©sirs des enfants. Il est nĂ©cessaire d’ĂȘtre prĂ©sent avec eux pour bien accompagner nos enfants.

Anne-marie et Thierry

. . . N ' hésitez pas à partager ! Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *