QuĂȘte des origines : un long cheminement ?

flyer2-20fev2016-corrige

 

Le Conseil National des AdoptĂ©s organise l’évĂ©nement  « QuĂȘte des origines : un long cheminement ? » le 20 fĂ©vrier 2016 Ă  14h30 la « projection – dĂ©bat »Â du film « L’enfant du Diable » rĂ©alisĂ© par U. Wernly Fergui (52min/2014) Ă  Paris !

 

C’est la premiĂšre fois que la projection de ce film est organisĂ©e par une association d’adoptĂ©s, manifestation destinĂ©e donc en tout premier lieu à ce public.

Un Ă©vĂ©nement qui se concentre autour de la quĂȘte des origines, du long cheminement personnel qu’elle implique et de ses bouleversements. Ce documentaire aborde également l’histoire de ceux qui sont restĂ©s dans les orphelinats et de ce qu’il advient de la famille biologique, apportant par lĂ -mĂȘme un nouveau regard sur les « orphelins » de Roumanie.

 

Qu’y a-t-il au programme ?

 

14h30 : accueil du public Ă  la maison des associations (MDA) du 12Ăšme arrondissement.

14h45 : projection privĂ©e du film documentaire « L’enfant du diable », de Ursula Wernly Fergui (52 mn).

16h : Ă©change en prĂ©sence de Ursula Wernly Fergui, la rĂ©alisatrice du documentaire et Marion Le Roy Dagen, adoptĂ©e, adulte, prĂ©sidente de l’association française Orphelins de Roumanie.

18h : nous irons tous ensemble aprÚs la rencontre prendre un apéro et dßner au Bistrot du coin (conso/restauration à la charge du participant) !

Gratuit pour les adhérents du Conseil National des Adoptés 2016 / 5 euros pour les non membres.

 

 

Conseil National des Adoptés

 

Le Conseil National des adoptĂ©s est une association loi 1901 crĂ©Ă©e en 2012 par des adoptĂ©s adultes issus d’associations d’adoptĂ©s adultes :

  • CĂ©cile FĂ©vrier, ancienne prĂ©sidente de La Voix des adoptĂ©s,
  • Ivann Lamy, prĂ©sident de l’AFAENAC,
  • HĂ©lĂšne Charbonnier, prĂ©sidente de Racines corĂ©ennes,

 

La vocation de cette association Ă©tait de crĂ©er une instance unique de rĂ©flexion, fonctionnant de façon similaire Ă  un laboratoire d’idĂ©es, constituĂ©e uniquement par des personnes adoptĂ©es au niveau national (nĂ©s sous X) et aussi Ă  l’international. Cette association est un lieu de rencontres, d’Ă©changes et d’expressions dont l’axe central est l’intĂ©rĂȘt supĂ©rieur des personnes adoptĂ©es, quel que soit leurs pays d’origine, ainsi que les pupilles de l’Etat.

 

Les membre fondateurs du C.N.A. partaient principalement de deux constats :

  • D’abord, qu’une fois adulte la position des adoptĂ©s n’Ă©tait pas nĂ©cessairement visible au niveau des actions des politiques publiques, contrairement à leur activitĂ© de plus en plus grande sur les rĂ©seaux sociaux (petit rappel : Facebook a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2004, il y a plus de 10 ans) ;

 

  • Ensuite, que « la diversitĂ© des ressentis et des besoins des adoptĂ©s adultes (majeurs) demeurait mĂ©connue ; de plus, certaines conceptions erronĂ©es sur l’adoption et les adoptĂ©s mĂ©ritaient d’ĂȘtre clarifiĂ©es et les droits des enfants adoptĂ©s devaient ĂȘtre mieux valorisĂ©s ».

 

DSC_0080En faisant cet acte fort de crĂ©ation, ses co-fondateurs voulaient remettre en question la reprĂ©sentation des adoptĂ©s au sein des instances nationales : que l’adoptĂ© parle en son nom.

Ainsi le CNA a pour objet de :
– « produire des Ă©lĂ©ments de rĂ©flexion,
– de contribuer Ă  des Ă©valuations,
– ou d’émettre des avis
dans le cadre de l’évolution du corpus d’idĂ©es relatives Ă  la protection de l’enfance et Ă  l’adoption en France et Ă  l’international,
ainsi que dans le cadre de l’action publique menĂ©e par l’Etat au sens large en la matiĂšre ».

 

21-juin-evenementL’association intervient dans des colloques internationaux telle que la « 6Ăšme journĂ©e d’Ă©change sur l’adoption internationale » organisĂ©e par le MinistĂšre des affaires Ă©trangĂšres et du dĂ©veloppement international (ci-dessus Mlle HĂ©lĂšne Charbonnier, prĂ©sidente 2016 et co-fondatrice du cna). L’association a Ă©galement Ă©té auditionnĂ©e sur des propositions de loi, comme celle relative Ă  la protection de l’enfant (n° 799), dĂ©posĂ©e le 11 septembre 2014, ou encore a proposĂ©e la Charte des adoptĂ©s (2013) (qui est en cours de rĂ©Ă©dition).

Le Conseil National des AdoptĂ©s organise des Ă©vĂ©nements auprĂšs des adoptĂ©s nĂ©s en France et nĂ©s à l’Ă©tranger, notamment le 21 juin 2015, l’association invitait Pierre Verdier (avocat, prĂ©sident de la Coordination des Actions pour le Droit Ă  la Connaissance des Origines) et Dominique Rosset (mĂ©decin chef de l’Espace Paris adoption) pour une discussion autour du thĂšme « LA RECHERCHE ACTIVE DES ORIGINES, partie II : LES RETROUVAILLES, ET APRÈS ? » (voir ci-contre).

 

 

QuĂȘte des origines : un long cheminement ?

 

 

 

« L’enfant du Diable » (52min/2014), rĂ©alisĂ© par Ursula Wernly Fergui, est un film documentaire que nous avons dĂ©jĂ  prĂ©sentĂ© sur ce site notamment Ă  travers l’histoire de Marion que l’on suit dans le film trouvant et rencontrant pour la premiĂšre fois son pĂšre biologique, ainsi que l’artiste photographe Elisabeth Blanchet retrouvant les anciens pensionnaires de l’orphelinat de Porpricani aujourd’hui adultes. Le 20 fĂ©vrier prochain, pour les personnes qui viendront Ă  la rencontre, sera l’occasion de pouvoir Ă©changer avec la rĂ©alisatrice Ursula Wernly Fergui. Comment a-t-elle introduit la prĂ©sence de sa « camera » dans une histoire si intime ? Comment aborder le sujet de l’adoption, du point de vue de l’adoptĂ©, pour un rĂ©alisateur ?

 

 

Synopsis

 

DĂ©cembre 1989. Le rĂ©gime de Ceausescu s’effondre. Le monde dĂ©couvre, stupĂ©fait, l’étendue de la dictature. Parmi les images qui heurtent les consciences, les centaines de milliers d’enfants enfermĂ©s et maltraitĂ©s dans les orphelinats.
Marion est l’une de ces orphelines, une enfant du diable, comme elle le dit elle-mĂȘme, adoptĂ©e par un couple français Ă  l’ñge de 6 ans. A 38 ans, elle vient de mettre au monde son premier enfant; un moment clĂ© qui la renvoie Ă  sa propre histoire, elle qui fut abandonnĂ©e Ă  la naissance.
Avec la photographe Élisabeth Blanchet, qui depuis prĂšs de 20 ans consacre une partie de son travail aux orphelins de Ceausescu, Marion veut retourner sur les traces de son passĂ©. Nous la suivons dans sa quĂȘte, au cours d’un road-movie Ă  travers la Roumanie, 25 ans aprĂšs la chute du dictateur.

 

À propos de la rĂ©alisatrice

 

Ursula Wernly Fergui est nĂ©e Ă  Berne, en Suisse. Historienne et sociologue de formation, elle a Ă©tĂ© reporter et Journaliste Reporter d’Images pour le Journal TĂ©lĂ©visĂ©. Aujourd’hui Ă  Paris, toujours attentive Ă  l’image elle se tourne vers la rĂ©alisation de films documentaires. C’est ainsi qu’elle rĂ©alise et travaille en tant que chef-opĂ©ratrice sur plusieurs dizaines de reportages et de films documentaires pour les grandes chaĂźnes de tĂ©lĂ©vision française. FidĂšle Ă  sa formation initiale, Ursula Wernly Fergui aime se pencher sur des sujets de sociĂ©tĂ© avec une dimension historique , comme on le voit dans le documentaire « L’enfant du Diable » qui traite Ă  la fois de la situation des orphelinats, de l’adoption et de la dictature roumaine : « Mieux comprendre le prĂ©sent en regardant le passĂ© ».

 

Pour en savoir plus !

 

Sur l’évĂ©nement :

 

 

Compte rendu : http://www.conseil-national-adoptes.fr/evenements/cr-projection-du-film-lenfant-du-diable/

 

extrait :

 

« Dialogue entre Marion et les adoptĂ©s sur la quĂȘte des origines

* Qu’est-ce qui a dĂ©clenchĂ© l’acte de recherche ?
La mort du pĂšre adoptif (en 2013).
Quand Marion apprend que son pĂšre biologique est vivant.
A la naissance de son fils.

* Quelle relation avec les parents biologiques ?
Marion est retournĂ©e en Roumanie en juillet. Elle a prĂ©sentĂ© son Ă©poux et son enfant Ă  sa famille biologique. Cela n’a pas Ă©tĂ© facile.
Marion Ă©voque la place des grands-parents adoptifs [et] de naissance pour son enfant. »

 

Event facebook

MISE A JOUR (11-02-16-19h47)-> COMPLET Inscription sur la page du site internet du cna

NB : L’inscription est obligatoire car le nombre de places est limitĂ©.

 

Les organisateurs :

Conseil National des Adoptés

Maison des associations du 12e arrondissement de Paris

 

Sur le film :

 

Le témoignage de Marion

Le portrait de Elisabeth Blanchet

La notice du film

 

. . . N ' hésitez pas à partager ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *